UE : une vaine séance de « thérapie collective » pour les médias des Balkans

| |

Durant deux jours, jeudi 12 et vendredi 13 septembre, journalistes des Balkans et représentants de la société civile se sont retrouvés à Podgorica pour les troisièmes EU Western Balkans Media Days. L’occasion pour les politiques de répéter de bonnes paroles sans conséquence. La colère gronde chez les journalistes, qui ont de plus en plus de mal à exercer librement leur métier.

Par Milica Čubrilo Filipović « Il n’y aura pas d’avancée dans le processus d’intégration européenne sans liberté de la presse », a solennellement répété Johannes Hahn, commissaire européen sortant à l’Élargissement et à la politique de voisinage, dans un message vidéo retransmis aux 350 participants - journalistes, représentants de la société civile et (rares) responsables politiques – de ces 3e Balkans Media Days. Une position martelée tout le long de la conférence par les représentants de la Commission européenne. « La liberté des médias est un pilier essentiel d’une démocratie qui marche, ça n’est pas négociable », insistait ainsi le directeur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous