Déportation des Bosniaques du Monténégro : Podgorica reconnaît enfin le crime

| |

Les 25 et 27 mai 1992, des centaines de réfugiés bosniaques ont été déportés par la police monténégrine et remis aux autorités serbes de Bosnie-Herzégovine. La plupart ont été assassinés, certains sont encore portés disparus. Les familles des victimes craignent que justice ne soit jamais faite tant que les responsables de ces crimes n’auront pas été jugés.

Par Erna Mačkić et Nedjeljko Rudović Jasenka Titorić-Perović a perdu son frère de 29 ans, Alenko, suite à son arrestation par les autorités monténégrines, alors qu’il était en visite dans la ville d’Herceg Novi, en mai 1992. Elle sait seulement qu’ils l’ont emmené à Bratunac, dans l’est de la Bosnie, avec 27 ou 28 autres personnes. Il est porté disparu depuis ce jour. Après 16 ans de recherches et beaucoup de démarches devant la justice, la famille Titorić aura au moins obtenu une compensation financière pour ses souffrances. « C’est important, parce que, en payant cette compensation, le pays reconnaît sa participation au crime », explique Jasenka (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous