Bulgarie : contre Boïko Borissov et le « système GERB », les manifestants en appellent à l’Europe

| |

Après trois mois de manifestations quotidiennes, les contestataires bulgares s’en remettent désormais aux instances européennes pour sanctionner le gouvernement de Boïko Borissov, qu’ils accusent de corruption et de collusion avec la mafia. Mais le Premier ministre tient bon et refuse toujours de démissionner.

Par Alexandre Levy Si certains jours la mobilisation s’essouffle, elle ne s’arrête pas pour autant. Dimanche 4 octobre, ils étaient de nouveau un millier à manifester dans le centre-ville de Sofia, avec toujours le même mot d’ordre, la même revendication excluant toute négociation, tout compromis : « Ostavka ! ». Soit la démission pure et simple du chef du gouvernement Boïko Borissov et de celle du procureur général Ivan Geshev, considéré comme l’homme des basses œuvres du « système GERB », du nom du parti Citoyens pour un développement européen de la Bulgarie, qui préside aux destinées du pays depuis 2009. Cérémonie vaudou C’était le 88e jour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous