Coronavirus dans les Balkans : informer quand les libertés publiques se restreignent

| |

Arrestations d’internautes, divulgation publique d’identités, surveillance et pistage des citoyens... La mise en place de l’état d’urgence et des mesures de confinement ont donné aux gouvernements des Balkans des outils supplémentaires pour contrôler l’information et la population. Tour d’horizon par les correspondants du Courrier des Balkans.

Par Katerina Sula, Aline Cateux, Jaklina Naumovski, Jasna Tatar Anđelić, Florentin Cassonnet, Milica Čubrilo, Mimi Podkrižnik et Claire Corrion. En Albanie, le Premier ministre utilise Vodafone pour s’attaquer aux médias Le 12 mars, l’opérateur téléphonique Vodafone forçait ses clients à écouter un message vocal du Premier ministre Edi Rama. Ce dernier donnait des « conseils » sur comment se protéger du coronavirus et il en a profité pour attaquer les médias : « C’est moi Edi. S’il te plaît, lave-toi les mains souvent ! Ne sors pas de chez toi par plaisir. Garde tes fenêtres ouvertes autant que possible. Protège-toi des médias ! N’aie pas peur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous