Croatie : le cirque contemporain en équilibre sur un fil

| |

Deux festivals cet été, quinze événements l’an dernier... Le cirque a la cote en Croatie. Mais derrière la magie du chapiteau se cache souvent un véritable numéro de funambule pour les artistes qui se battent pour faire reconnaître leur talent et obtenir de meilleures conditions de travail. Entretien croisé avec deux pointures du métier.

Traduit par Nikola Radić (article original) B. : Qu’en est-il de la nouvelle génération d’artistes ? A.K. : À moins d’un changement concret, le secteur du cirque contemporain stagnera ou s’effondrera lentement. Nous travaillons avec trop peu de capacités, et on s’entête à poursuivre des projets à la force de nos bras et nos rêves. Dans nos organisations, nous essayons d’être justes envers les artistes et de ne pas baisser leurs tarifs, même si cela nous place en tant qu’organisateurs dans une situation précaire. Il est très difficile de s’attendre à ce qu’émerge une nouvelle communauté de jeunes qui seraient prêts à faire ce métier dans les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous