Croatie : Dalmatinka Sinj et l’émancipation des femmes ouvrières

| |

La filature Dalmatinka de Sinj tombe en ruines, mais cette usine créée en 1952 dans l’arrière-pays dalmate reste gravée dans la mémoire de ses anciennes ouvrières : dans cette région aride, pauvre et patriarcale, elles sont passées du jour au lendemain du statut de femmes au foyer à celui de soutiens financiers de leurs familles, du costume traditionnel au pantalon. Chronique des l’émancipation des travailleuses au temps de la Yougoslavie.

Adapté de textes de Jurica Pavičić (Jutarnji List) et Goran Borković (Novosti) « Vive l’usine, vive la production ! Vous savez, je préfèrerais encore mourir que de ne pas travailler. J’aime l’usine comme ma propre maison ! » s’exclamait une ouvrière dans un reportage de Miljenko Smoje pour Slobodna Dalmacija en 1966. Une déclaration d’amour à son usine tout à fait compréhensible : à Sinj, avant la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait rien. Tout juste une vieille briqueterie, une étroite voie de chemin de fer vers Split et de nombreuses promesses mensongères de la prolonger jusqu’à Livno. A la veille de la guerre des années 1990, en revanche, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous