Contraception en Croatie : l’objection de conscience s’étend aux pharmacies

| |

Une pharmacienne de Zagreb a refusé, au nom de ses convictions religieuses catholiques, de délivrer à une jeune fille la pilule prescrite par son gynécologue. La Commission d’éthique et de déontologie de l’Ordre des pharmaciens ne lui a pas donné tort.

Par Martina Pauček Šljivak Le 15 novembre 2018, la rédaction de Faktograf a reçu et publié l’histoire d’une jeune fille qui se plaignait d’une expérience désagréable à la pharmacie Čelina, à Zagreb, dans le quartier de Jordanovac. L’unique pharmacienne présente ce jour-là avait refusé de lui délivrer, selon son témoignage, « une pilule contraceptive prescrite par mon gynécologue, que j’utilise pour juguler des règles trop abondantes et comme moyen de contraception ». La pharmacienne a invoqué son objection de conscience car « par conviction, elle n’était pas en faveur de l’utilisation de la pilule comme moyen de contraception. Personne d’autre ne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous