Croatie : l’immobilier, valeur refuge pour blanchir ses kunas avant l’arrivée de l’euro ?

| |

Le passage à l’euro de la Croatie au 1er janvier perturbe le marché de l’immobilier. Les prix s’envolent et les ventes augmentent, mais surtout, un nombre exceptionnel de biens sont achetés comptant.

Par Dimša Lovpar L’immobilier croate s’envole si l’on en croit le rapport du ministère de l’Aménagement du territoire, de la Construction et des Biens publics. En 2021, les ventes ont pesé 60 milliards de kunas (près de 8 milliards d’euros), en hausse de 30% par rapport à 2020, année marquée par les confinements liés à la pandémie. Les terres agricoles sont les biens les plus vendus, suivis des appartements, des terrains à bâtir puis des maisons individuelles. En termes de montant total, ce sont les appartements qui représentent le plus gros des ventes. À Dubrovnik, Split ou Opatija, le prix du m2 atteint le chiffre record de 2000 euros, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous