Violences gynécologiques et obstétricales : l’Onu met la pression sur la Croatie

|

Les Nations unies ont publié le 23 février une communication qui intime à la Croatie de faire cesser les infractions aux droits sexuels et reproductifs des femmes, et d’adopter des mesures visant à les prévenir et à punir les coupables.

Adapté par Chloé Billon « Nous sommes horrifiés par les témoignages de femmes publiés lors de la campagne d’octobre 2018, qui confirment l’existence de formes de maltraitance et de violence envers les femmes, en lien avec leur santé génésique », peut-on lire dans la communication des Nations unies publiée le 23 février. Ce document cite des exemples de témoignages de la campagne #PrekinimoŠutnju (#BrisonsLeSilence) : des interventions chirurgicales sans anesthésie aux maltraitances verbales, en passant par le refus de donner des antalgiques. L’Onu souligne qu’en seulement deux jours et demi, plus de 400 témoignages de femmes ayant subi des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous