Crise politique au Monténégro : et si le pire était à venir ?

| |

La crise politique s’est encore aggravée au Monténégro, désormais dans un gouffre institutionnel où personne ne sait ce qui va suivre. Deux options sont possibles : des élections anticipées ou un nouveau gouvernement dirigé par Miodrag Lekić. L’analyse de Monitor.

Traduit par Jasna Tatar Andjelic (article original) Après les consultations interminables de la majorité constituée en août 2020 (DF-URA-SNP-Démocrates) et l’accord verbal – mais sans la signature formelle des 41 députés – pour former un nouveau gouvernement avec à sa tête la personnalité consensuelle de Miodrag Lekić, le Monténégro s’enfonce dans la crise politique. Le Président Milo Đukanović a refusé la proposition de 41 députés qui lui a été communiquée seulement verbalement et après l’expiration du délai légal, le 19 septembre à minuit. Andrija Mandić, chef du DF, pro-serbe et pro-russe, lui avait demandé dans une lettre de confier à Miodrag (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous