Crimes de guerre en Ukraine : l’expérience des Balkans et du TPIY

| |

Les crimes de guerre commis en Ukraine seront-ils jugés ? En attendant la création d’un tribunal international, il faut collecter le plus de preuves possible avant qu’elles ne disparaissent. Retour d’expérience avec Patrick Lopez-Terres, ancien directeur des enquêtes au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Propos recueillis par Laurent Geslin Patrick Lopez-Terres est magistrat honoraire, ancien directeur des enquêtes au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) et ancien directeur de cabinet du procureur du Tribunal spécial pour le Liban. Mediapart (M.) : Serait-il possible de créer un Tribunal pénal international pour juger les crimes commis en Ukraine, comme ce fut le cas pour l’ex-Yougoslavie ? Patrick Lopez-Terres (P.L.-T.) : Cela me semble difficile pour le moment. Le TPIY avait pu être monté en 1993, car tous les membres du Conseil du sécurité soutenaient sa création, y compris la Russie. Dans le cas de l’Ukraine, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous