Coronavirus au Monténégro : réfugiés et déplacés, éternels oubliés

| |

Ils sont 15 à 20 000 à vivre au Monténégro, le plus souvent originaires du Kosovo. Certains n’ont pas droit à la moindre couverture sociale. Réfugiés et déplacés sont les grands oubliés des politiques publiques, plus encore en temps de pandémie. Reportage dans les montagnes pauvres du nord.

Traduit et adapté par Nikola Radić (article original) Dans la lutte contre le coronavirus, les autorités monténégrines ont « oublié » d’apporter une aide adéquate à la population la plus vulnérable, les réfugiés et déplacés internes qui sont toujours au nombre de 15 000 à 20 000 dans le pays. Une attitude que dénonce Mićo Marjanović, président de l’Union des réfugiés et des déplacés internes au Monténégro. « On n’a rien fait pour nous faciliter la vie dans cette situation difficile », se désole-t-il. « Quand il faut s’afficher devant la communauté internationale, tout le monde veut nous avoir sur la photo, mais ensuite, plus personne ne pense à nous. » (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous