Covid-19 au Kosovo : le système de santé ne tient plus qu’à un fil

| |

Avec le boum des contaminations après le déconfinement, le système de santé du Kosovo est proche de craquer. Les services des urgences sont saturés, on essaie de transférer les malades d’un hôpital à l’autre, mais les places manquent partout. Et pas seulement les places : le personnel médical aussi. Le reportage de Kosovo 2.0.

Traduit et adapté par Simon Rico (Article original) Afrim [1], la cinquantaine, erre d’une pièce à l’autre dans le service des urgences. Parfois il s’arrête pour parler à un médecin qu’il croise, parfois il prend le téléphone pour essayer d’appeler quelqu’un. Deux heures plus tôt, il a amené sa mère de 83 ans aux urgences du Centre clinique universitaire du Kosovo (QKUK) à Pristina. Elle toussait, avait des difficultés à respirer et était épuisée, ce qui l’empêchait de tenir debout. Son taux de saturation d’oxygène dépassait à peine les 30% alors que celui d’une personne en bonne santé se situe entre 95 et 100%. Autant de symptômes d’une infection au (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous