La Roumanie dit adieu à sa loi sur le cinéma

| |

Huit minutes. C’est le temps qu’aura mis le Parlement pour effacer un an de travail de concertation mis en place par l’ancien ministère de la Culture du gouvernement « technocrate » (2015-2016) avec des professionnels de l’industrie cinématographique pour adopter une nouvelle loi, indispensable au cinéma roumain.

Par L.-M. Ilie et Fl. Cass. Andrei Rus, conseiller culturel sous ce gouvernement « technocrate », aujourd’hui membre du Centre national de la cinématographie (CNC), veut cependant rester diplomate et optimiste. « Il faut postuler de bonnes intentions, je veux croire qu’ils avaient de bons arguments et nous avons hâte de les entendre. » Le projet de loi, élaboré en partenariat avec le CNC français, visait à rendre plus transparent le financement des films par le CNC : aujourd’hui, la majorité des points sont alloués sur la base des précédents projets du réalisateur et de la notoriété de sa maison de production, défavorisant les nouveaux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous