Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie : ces héros qui ont dit non au nationalisme et à la guerre

| |

Que sont devenus les hommes et les femmes qui ont osé s’opposer à la propagande xénophobe qui a conduit à l’implosion sanglante de la Yougoslavie ? Dans son dernier ouvrage, le journaliste croate Boris Pavelić rend hommage à ces « perdants magnifiques », dont les manuels scolaires taisent l’existence. Afin qu’ils ne sombrent pas dans l’oubli.

Traduit par Chloé Billon (article original) Le livre du journaliste Boris Pavelić, Quand les têtes dansent : le côté lumineux des années 1990, vient de paraître en e-book aux éditions de la Maison des droits de l’Homme à Zagreb. L’auteur y brosse le portrait d’individus qui, pendant les guerres, se sont dressés en Croatie, Serbie et Bosnie-Herzégovine contre les discours nationalistes dominants, les crimes et la violence : il y a le militant Zoran Pusić, surnommé « le chevalier à la joyeuse figure », Staša Zajović, « la camarade d’un monde meilleur », le journaliste Drago Hedl, le militant Duško Kondor, la dramaturge Borka Pavićević et bien d’autres. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous