Cathédrale du salut de la nation : « La Roumanie a-t-elle vraiment besoin de ça ? »

| |

Un mastodonte de 120 mètres de haut, capable d’accueillir 5000 personnes. La future cathédrale orthodoxe du salut de la nation roumaine, à Bucarest, est loin d’être terminée mais elle a été sanctifiée dimanche 25 novembre, une semaine avant le 100e anniversaire de la « Grande union », le 1er décembre. Si pour beaucoup de croyants, elle représente un symbole du peuple roumain, d’autres estiment que ce chantier est « inutile, anachronique et ridicule ». Reportage à la sortie de la messe.

Par Laura-Maria Ilie et Florentin Cassonnet « La grandeur de la cathédrale reflète la mégalomanie d’une religion qui a laissé tomber son propre dogme pour épouser un modèle économique », observe Iulian. Lui, il n’est pas orthodoxe, mais se définit comme bouddhiste. Il s’occupe aussi du plus gros site de poker en ligne de Roumanie. « De toute façon, les opinions de la majorité des gens de ce pays n’ont jamais coïncidé avec les miennes et mes opinions ne sont pas bienvenues ici. » La Roumanie est un pays particulièrement religieux : selon l’Index de religiosité et d’athéisme établi par l’institut Gallup, 89% des Roumains se déclarent orthodoxes, et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous