Crimes de l’UÇK au Kosovo : pas de gouvernement, pas de Tribunal spécial ?

| |

Cela fait des mois que l’on annonce l’ouverture imminente du Tribunal spécial chargé de juger les crimes de l’UÇK. La crise politique dans laquelle s’enfonce le Kosovo, incapable de former une majorité pour gouverner, complique encore la donne.

Par Amra Zejneli Deux mois après les élections législatives anticipées, le Kosovo n’a toujours pas de gouvernement. Les députés ont à plusieurs reprises essayé d’élire le président du Parlement, préalable constitutionnel à la nomination d’un Premier ministre. Mais en vain. Pour le moment, la coalition des commandants, arrivée en tête du scrutin du 11 juin, n’a toujours pas réussi à rassembler de majorité et poursuit ses négociations. Or, la crise qui dure bloque entièrement le pays. À commencer par le travail du Tribunal spécial chargé de juger les crimes de l’UÇK. Cette cour ad hoc, installée à La Haye, explique qu’elle va demander la coopération (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous