Roms en Bulgarie : le gouvernement pousse à la haine et au racisme

| |

Les incidents racistes se multiplient en Bulgarie, avec la complaisance, voire l’encouragement des autorités. Et le vice-Premier ministre Karakachanov vient de proposer un plan pour « l’intégration des groupes tsiganes non socialisés », dans lequel il suggère d’instituer la gratuité de l’avortement des femmes roms. La Bulgarie est-elle en marche vers un nouveau fascisme ?

Adapté par Florentin Cassonnet L’une des plus importante minorité rom de l’Union européenne habite en Bulgarie, elle représente officiellement 5% des 7,3 millions d’habitants du pays, mais certainement bien plus. La plupart d’entre eux vivent aux marges de la société, et luttent pour pouvoir travailler et se loger. Krassimir Kanev, le directeur du Comité Helsinki Bulgarie, se dit « profondément inquiet ». Il note que les cas d’incitation à la haine venant directement des membres du gouvernement se multiplient. Le « concept sur l’intégration » de Karakachanov n’est selon lui qu’une manière d’attirer le « vote raciste » vers son parti, lors (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous