Bulgarie : le nouveau scandale « électrique » qui secoue le cabinet Borissov

| |

C’est une affaire qui fait tache, alors que la Bulgarie assume pour la première fois de son histoire la présidence tournante de l’UE. Le géant tchèque de l’énergie ČEZ a décidé de liquider sa filiale bulgare, aussitôt reprise par une micro-entreprise proche de la ministre de l’Énergie. Celle-ci a fini par démissionner, tandis que le Premier ministre Borissov dénonce un « complot » contre lui.

Par Florentin Cassonnet L’affaire traîne depuis plus d’un an, elle porte sur 320 millions d’euros d’actifs et 67% du marché de la distribution d’électricité en Bulgarie, soit trois millions de clients et un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros par an. En janvier 2017, ČEZ, le géant énergétique dont l’État tchèque est l’actionnaire majoritaire, a décidé de se débarrasser de sa filiale en Bulgarie à cause d’un litige avec l’État bulgare, contre lequel il a porté plainte devant la Cour internationale pour le règlement des différends relatifs aux investissements, basée à Washington. Après s’être fait éjecter du marché de la distribution d’électricité (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous