Bulgarie : la « crise de l’eau » envoie le ministre de l’Environnement en prison

| |

Arrêté le 9 janvier, le nationaliste Neno Dimov a été inculpé de « négligence criminelle » alors que depuis l’été, la ville de Pernik et ses 80 000 habitants traversent une interminable « crise de l’eau ». Mais cette interpellation à grand spectacle pourrait cacher d’autres enjeux.

Par Alexandre Lévy Un ministre en exercice arrêté dans son bureau, escorté sous bonne garde jusqu’au commissariat voisin, puis inculpé et écroué dans la foulée - le tout sous l’œil des caméras de télévision. En Bulgarie, c’est une première. Depuis le 9 janvier, le ministre de l’Environnement Neno Dimov dort en prison : issu de la coalition d’extrême droite des Patriotes Unis, l’homme est accusé « de négligence criminelle » dans le long feuilleton de la « crise de l’eau » à Pernik. Cette ville de quelque 80 000 âmes à l’ouest de Sofia est soumise officiellement à un rationnement draconien de l’eau potable depuis le 18 novembre dernier. Mais selon ses (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous