Bulgarie : les archives de l’ancienne Sécurité d’État font-elles toujours peur ?

| |

L’étude du passé communiste de la Bulgarie va-t-elle se poursuivre ? Telle est la question qui inquiète les représentants de la société civile bulgare, alertés par le futur incertain de la Commission des dossiers, l’équivalent bulgare de la Commission Gauck, chargée de l’étude des archives de la Stasi après la réunification allemande.

Par Tatiana Vaksberg Le mandat des membres de la Commission des dossiers a déjà expiré et la procédure de nomination des nouveaux candidats se heurte à deux obstacles : la majorité parlementaire emmenée par le GERB a proposé Anton Todorov pour le poste de président, une candidature inadmissible pour la société civile, et l’opposition socialiste veut fermer cette institution, qui fonctionne pourtant depuis dix ans sans problème majeur. Selon plusieurs ONG, dans les deux cas, l’étude de l’histoire communiste du pays serait mise en danger. Le délai pour nominer de nouveaux candidats expirait mercredi 4 octobre et le candidat principal, Anton (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous