Bulgarie : des hôpitaux publics très malades de la privatisation

| |

Fermeture des urgences, des soins intensifs, de la cardiologie, de l’urologie, des soins périnataux, 6,5 millions d’euros de dette et des salaires impayés depuis des mois... Bienvenue à l’hôpital de Vratsa, supposé couvrir les besoins de santé d’une région de 170 000 habitants. Reportage.

Par Madlen Nikolova Les infirmières, les médecins, les auxiliaires et les agents de service de deux hôpitaux publics de Bulgarie ont récemment bloqué les routes principales de leur région pour dénoncer leurs insupportables conditions de travail. Depuis près d’un an, les employés des hôpitaux de Vratsa et de Lovetch, dans le nord-ouest du pays, reçoivent leur salaire de manière irrégulière et n’ont aucune ressource pour s’occuper de leurs patients. Même le matériel médical est périmé. Le système public de santé bulgare est souvent la cible de critiques de patients et d’associations de professionnels soutenues par l’Organisation mondiale de la Santé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous