#SavePirin : en Bulgarie, or blanc, blanchiment d’argent et « pieuvre verte »

| |

D’un côté, des citoyens et des ONG de protection de l’environnement qui se mobilisent pour tenter de sauver les splendides montagnes du Pirin. De l’autre, le patronat, le gouvernement et l’extrême droite climatosceptique qui font bloc pour défendre Ioulen, la société concessionnaire de la station de ski de Bansko, dont les vrais propriétaires seraient inconnus. Chronique du libéralisme à la bulgare.

Par Georgi Medarov Le début de l’année 2018 a été marqué en Bulgarie par de nombreuses manifestations pour la préservation de l’environnement. La société civile s’oppose à la décision du gouvernement d’autoriser l’agrandissement de la station de ski de Bansko, dans le Parc national du Pirin, une région qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces mobilisations écologistes ont attiré l’attention de médias internationaux tels qu’Al Jazeera, The Guardian ou The Independent, qui ont enquêté sur la corruption et les liens entre les hommes politiques, les banques, les paradis fiscaux et le tourisme. Le 28 décembre 2017, lors de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous