Bulgarie : menacé de mort pour son soutien aux réfugiés, un prêtre catholique rapatrié en Italie

| |

Serait-il devenu dangereux d’aider les réfugiés en Bulgarie ? Le prêtre italien Paolo Cortesi a dû quitter la Bulgarie et son église de Belene sur ordre de sa hiérarchie catholique. Il avait reçu des menaces de mort pour avoir abrité une famille de Syriens.

Par Tatiana Vaksberg « Je n’ai pas pu protéger cette famille syrienne, que Dieu me pardonne. Je suis devenu moi-même un réfugié parmi les réfugiés. » C’est sur ces mots que le prêtre Paolo Cortesi est rentré en Italie. Ce rapatriement intervient après qu’un groupe nationaliste local constitué autour du maire de Belene, Milen Doulev, élu d’une coalition de droite menée par GERB, et d’un de ses conseillers municipaux, Krassimir Todorov, proche du parti d’extrême droite VMRO, l’a menacé de mort et promis de mettre feu l’église s’il ne retirait pas son soutien à la famille de réfugiés syriens récemment installée dans la ville. Au même moment, Petar (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous