Bulgarie : le pouvoir veut se mettre la minorité musulmane dans la poche

|

Le Parlement bulgare a voté l’annulation des 4,2 millions d’euros de dette de l’Office du Grand Mufti, le représentant de la Communauté islamique de Bulgarie. L’opposition dénonce une manœuvre du pouvoir pour « acheter » les musulmans.

Par la rédaction Le 8 mars, le Parlement bulgare a effacé les 4,2 millions d’euros de dette du Bureau du Grand Mufti. « Nous voulons faire table rase et repartir avec une feuille vierge maintenant que l’État finance les groupes religieux », a expliqué le Premier ministre Boïko Borissov. « Tant que le Mufti et le Patriarche peuvent s’asseoir à la même table et discuter, nous pouvons être sûr de la paix et de la tolérance entre les communautés. » La décision a mis en colère le principal parti d’opposition, le Parti socialiste, qui boycotte déjà le Parlement pour protester contre les récents changements du code électoral. Selon Kornelia Ninova, la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous