Bulgarie : Boïko Borissov, son pistolet, ses lingots... et sa « Mata Hari »

| |

Un pistolet automatique, des liasses d’euros et des lingots sur sa table de chevet... Le Premier ministre bulgare s’est enfin expliqué sur les clichés à l’origine de la révolte populaire qui fait trembler son gouvernement depuis cet été. À défaut de convaincre, son entretien au Frankfurter Algemeine Zeitung fait couler beaucoup d’encre à Sofia.

Par Alexandre Levy Le 9 octobre, Boïko Borissov a répondu trois heures durant aux questions du Frankfurter Algemeine Zeitung (FAZ). Sa première interview depuis le début de la révolte citoyenne en Bulgarie entamée au début de l’été. C’est finalement le 29 novembre que le grand quotidien conservateur allemand l’a publiée, une page entière titrée « L’homme politique, l’or et le pistolet ». Son site Internet en livrait une version longue, avec cette accroche encore plus explicite :« Pourquoi avez-vous près de votre lit de l’argent, de l’or et un pistolet, Monsieur le Premier ministre ? ». Ce titre, photo à l’appui, fait bien sûr référence à l’un des plus (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous