Bosnie-Herzégovine : les noces de la fille du bey Bakir et la fête du ban Dragan

| |

Cet été, Bakir Izetbegović, le chef du SDA, mariait sa fille en grandes pompes et en présence du Président turc Erdoğan, tandis que Dragan Čović, le chef du HDZ, offrait pour son anniversaire un somptueux gâteau aux armes de sa famille. Un faste féodal qui cherche à masquer le vide des oligarchies ethno-nationalistes qui contrôlent la Bosnie-Herzégovine.

Traduit par Chloé Billon (article original) Le deuxième événement, encore plus provincial, s’est déroulé à Mostar, à l’occasion de la célébration du 65e anniversaire du seigneur néo-féodal local, Dragan Čović. Tandis que Bakir Izetbegović a fait des pieds et des mains pour faire venir d’Ankara un individu qui, tout dictateur qu’il soit, n’en possède pas moins un certain poids international, la populace d’Herzégovine a dû se contenter d’invités de seconde zone, comme le ministre croate des Affaires étrangères Goran Grlić Radman, ou encore le président de Republika Srpska Milorad Dodik, à qui même son atterrissage en hélicoptère sur l’ancien stade du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous