Bosnie-Herzégovine : « nous ne sommes pas contre les migrants, mais contre les conditions d’accueil inhumaines »

| |

Depuis des mois, les réfugiés affluent dans la ville de Bihać, coincée à l’extrémité occidentale de la Bosnie-Herzégovine, près des frontières croates. Malgré l’aide de la population et des organisations humanitaires locales, la situation humanitaire est de plus en plus catastrophique. Le maire de la ville, Šuhret Fazlić, dénonce le manque d’aide des autorités centrales de l’État.

Propos recueillis par Gordana Sandić-Hadžihasanović Radio Slobodan Europa (RSE) : Y-t-il un décalage entre les discours officiels concernant l’aide humanitaire et ce que vous voyez sur le terrain ? Šuhret Fazlić (Š.F.) : Nous sommes confrontés à des gens en chair et en os qui exigent une action immédiate, alors que nous n’avons ni autorisation ni ressources pour les aider. Le plus important, c’est que les habitants fassent preuve d’une grande humanité sur le terrain. Si les réfugiés avaient attendu les directives de l’État et de l’administration municipale, ils seraient certainement morts de faim. Si les habitants, les activistes des ONG et de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous