Bosnie-Herzégovine : les institutions sont bloquées, des millions partent en fumée

| |

La présidence collégiale ne fonctionne pas et le Parlement national est aux abonnés absents depuis un an. Les accords signés par le Conseil des ministres ne peuvent donc pas être ratifiés. Résultat, près d’un milliard d’euros sont bloqués.

Traduit et adapté par Chloé Billon Près d’un an après les élections présidentielles et législatives du 7 octobre 2018, la Bosnie-Herzégovine n’a toujours pas de pouvoir exécutif. Pire encore, en raison de la décision politique du SNSD de ne pas participer aux travaux du Parlement, le pouvoir législatif est lui aussi totalement bloqué. La Présidence tournante est aussi restée totalement inactive, notamment durant les huit mois de la rotation de Milorad Dodik. Željko Komšić, qui lui a succédé le 20 juillet, a promis une intensification des travaux. Les trois partis nationalistes - le SDA bosniaque, le SNSD serbe et le HDZ croate - avaient conclu (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous