Bosnie-Herzégovine : l’incontournable et richissime M. Čović

| |

Le dirigeant croate Dragan Čović, chef du HDZ-BiH, est quasiment assuré d’être réélu à la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine, un État qu’il veut détruire en exigeant la reconnaissance d’une « troisième entité » croate. Dragan Čović peut compter sur un allié objectif, le dirigeant serbe Milorad Dodik mais, au-delà de ses rodomontades, l’homme fort de Mostar est surtout attaché au maintien du statu quo. Portrait politique.

Par Alfredo Sasso Le transformisme est une qualité politique fort prisée, qui permet à ceux qui en sont dotés de traverser les époques et de surmonter les crises qui autrement les auraient terrassées. La Bosnie-Herzégovine compte quelques transformistes de première qualité. Le plus connu est sans doute Milorad Dodik, leader indiscuté du nationalisme serbe local, autrefois réformiste modéré et placé au pouvoir par une communauté internationale qui s’en mord aujourd’hui les doigts. Il n’est pas le seul. Dragan Čović, dirigeant du principal parti croate du pays, le HDZ-BiH, en est un autre spécimen. Avant la guerre, Dragan Čović était membre de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous