Bosnie-Herzégovine : l’OHR recule sur la loi électorale mais pose un ultimatum

|

Mis sous pression par trois jours de manifestations à Sarajevo, le Haut représentant international (OHR) en Bosnie-Herzégovine n’a imposé que des modifications techniques à la loi électorale. Mais il enjoint aux politiciens bosniaques et croates de trouver un accord d’ici les élections d’octobre, menaçant d’utiliser à nouveau les « pouvoirs de Bonn », pour imposer des « changements significatifs ».

Par la rédaction Après trois jours de manifestations à Sarajevo, le Haut représentant international en Bosnie-Herzégovine (OHR), l’Allemand Christian Schmidt, a joué la prudence et n’a pas ouvert la boîte de Pandore. Utilisant les « pouvoirs de Bonn », il a seulement imposé des modifications techniques de la loi électorale, et non l’ensemble du « paquet » réclamé par les nationalistes croates, ce qui aurait finalisé la partition ethnique du pays déjà très divisé. Ces « modifications techniques » visent à permettre la tenue des élections générales d’octobre. Elles prévoient des amendes plus élevées pour les violations de la loi électorale, des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous