Bosnie-Herzégovine : entre Erdoğan et Poutine, mon coeur balance

| |

La Turquie d’Erdoğan serait la meilleure amie des Bosniaques, et la Russie de Poutine la protectrice naturelle des Serbes. Pourtant, ni la Bosnie-Herzégovine ni la Republika Srpska ne profitent de ces deux puissantes amitiés. Que cherchent donc Milorad Dodik et Bakir Izetbegović en courtisant ainsi Moscou et Ankara ?

Traduit par Nikola Radić O.K. : Quel est le positionnement de Bakir Izetbegović face au président turc Recep Tayyip Erdoğan ? E.K.R. : Contrairement à la relation entre Dodik et Poutine, très superficielle et réduite au protocole, celle qu’entretiennent Bakir Izetbegović et la direction du SDA avec Recep Tayyip Erdoğan est beaucoup plus solide puisqu’elle repose sur des liens familiaux qui durent depuis des décennies. L’amitié d’Alija Izetbegović, le père de Bakir, avec Recep Tayyip Erdoğan date de l’époque à laquelle tous deux étaient dans l’opposition. Cependant, il est très difficile de trouver des indicateurs économiques qui justifieraient (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous