Bosnie-Herzégovine : dans Sarajevo en guerre, un théâtre pour ne pas sombrer dans la folie

| |

Le Théâtre de guerre de Sarajevo (Sarajevski ratni teatar, SARTR) a été fondé en 1992, à l’époque du siège de la ville. 27 ans plus tard, le théâtre continue à célébrer dans ses représentations la résistance au fascisme et à l’agression, guidé par les principes d’un théâtre progressiste, socialement engagé et humaniste. Retour sur son histoire et aperçu des nouveaux projets avec la dramaturge Nejra Babić.

Traduit par Chloé Billon H-A. : Récemment, vous avez monté avec le metteur en scène Aleš Kurt la pièce Jedvanosimsoboakalomistobo (« J’ai-déjà-du-mal-à-m’en-sortir-alors-imagine-avec-toi »), dont la première a eu lieu l’année dernière. La pièce aborde le thème très actuel de l’exode des jeunes de Bosnie-Herzégovine. Quel a été votre travail de recherche pour cette représentation, qu’avez-vous appris sur ce phénomène ? N.B. : La naissance de la pièce a été précédée d’une enquête au cours de laquelle 627 personnes ont répondu à la question suivante : quels souvenirs (matériels et immatériels, choses, émotions) prendriez-vous dans votre valise et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous