Bosnie-Herzégovine : critiquer, se moquer ou déverser sa haine sur les réseaux sociaux ?

| |

Quelle est la frontière entre la satire et l’injure ? Sur les réseaux sociaux bosniens, on rit des problèmes du quotidien et on dénonce avec un humour féroce la corruption et l’incurie des politiques. Mais trop souvent, le rire vire au langage de la haine.

Par Lidija Pisker Comme la plupart de ses amis, Amira, 33 ans, va sur Facebook tous les jours. Outre s’informer et garder le contact avec ses connaissances, elle utilise le réseau social N°1 pour se divertir. Amira s’est récemment inscrite au groupe Samo kod nas (seulement chez nous), où sont publiés divers contenus ludiques concernant les Balkans : des blagues et des photomontages se moquant de personnages publics. La popularité de ce genre de pages et de groupes satiriques augmente sur les réseaux sociaux. Tout comme le nombre de leurs utilisateurs en Bosnie-Herzégovine. En moins de trois ans d’existence, le groupe Facebook Samo (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous