Bosnie-Herzégovine : « La loi électorale est devenue un cancer de la politique »

| |

Hormis les deux membres « citoyens » élus à la présidence, les partis nationalistes sont les grands vainqueurs des élections générales du 2 octobre. Voilà qui confirme une fois de plus les clivages communautaires entérinés par les Accords de Dayton. La réforme de la loi électorale par le Haut représentant international ne changera rien sur le fond. Entretien.

Propos recueillis par Marion Roussey Semir Hambo est chef d’édition du site d’info Klix, basé à Sarajevo. Il a couvert la campagne des élections générales du 2 octobre et analyse les résultats et leurs conséquences. Courrier des Balkans (CdB) : Avez-vous été surpris par la victoire de deux membres de partis « citoyens » à la présidence collégiale ? Semir Hambo (S.H.) : Ces victoires ne sont pas vraiment une surprise. Željko Komšić, le candidat croate à la tête du Front démocrate, était donné favori face à sa rivale Borjana Krišto, de l’Union démocratique croate de Bosnie-et-Herzégovine (HDZ-BiH). En 2018, il l’avait déjà remporté face à Dragan (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous