Roumanie : bons baisers de Constanța, la ville qui se meurt

| |

Gangrénée par 30 ans de corruption, la ville portuaire de Constanța, sur les rives de la mer Noire, tombe en ruines, tandis que les jeunes prennent le chemin de l’exode. Il est vrai que les opportunités de travail sont quasi inexistantes et que l’État est à peu près le seul et unique pourvoyeur d’emplois. Reportage.

Par Gabriel Botezatu Constanța, ou comment gâcher le potentiel d’une ville portuaire. Depuis 30 ans, le seul objectif des politiciens locaux s’est borné à organiser des carnavals d’été, afin de jeter de la poudre aux yeux de l’électorat. Car les maires successifs de Constanța brillent sans exception pour leur incompétence à mettre en place des projets de développement et ils ont de plus la fâcheuse tendance à tremper dans des affaires de corruption. Gheorghe Mihăieși, membre du Parti démocrate (PD), maire de 1996 à 2000, est notamment mis en examen pour abus de pouvoir. Radu Mazăre, membre du Parti social-démocrate (PSD), qui lui a succédé de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous