Blanchiment d’argent : le GAFI maintient la Serbie sur sa liste noire

| |

La Serbie ne fait pas de progrès dans la lutte contre le blanchiment d’argent. Elle reste donc sur la « liste noire » du Groupe d’action financière (GAFI), aux côtés de pays comme l’Ethiopie, la Syrie ou le Ghana. En cause, la lenteur et l’inefficacité de la justice serbe.

Par Milica Cubrilo Le Groupe d’action financière (GAFI) est un organisme intergouvernemental créé en 1989 lors d’un sommet du G7, à Paris. Le GAFI vise à élaborer des normes pour la lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les autres menaces pesant sur l’intégrité du système financier international. La Serbie s’est retrouvée pour la première fois sur la liste noire en février 2018. À l’époque, la Première ministre Ana Brnabić avait mis des semaines à réagir, avant de dénoncer une décision « motivée politiquement » et « influencée par les États-Unis ». Une source au GAFI qui souhaite rester anonyme avance d’autres raisons (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous