Balkans : « Ce ne sont pas des usines, mais des chambres de torture »

| |

Dans les Balkans, défendre les droits des travailleurs est devenu mission quasi impossible. Broyés par la transition néo-libérale imposée par des régimes de plus en plus autoritaires, les syndicats baissent souvent les bras. Mais les travailleurs gardent toujours le point levé. Reportage.

Traduit et adapté par Simon Rico (Article original) Autrefois, l’industrie du bois était l’un des symboles de la Bosnie-Herzégovine. Nova Dipo, La plus ancienne entreprise du secteur dans le pays, fonctionne depuis plus de 180 ans. Basée dans le village de Podgradci, près de Gradiška, à la frontière nord du pays, l’entreprise a été privatisée en 2008. Au début, l’entreprise a rebondi, mais rapidement la situation des travailleurs a dégénéré. Après une série de licenciements et de menaces, des heures supplémentaires non payées et même l’interdiction d’aller aux toilettes pendant les heures de travail, certains salariés ont décidé de créer leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous