Croatie : Siniša Labrović, un artiste engagé qui veut « créer une communauté »

| |

Un show de téléréalité avec des moutons, un pèlerinage à genoux auprès du « nouveau saint de la ville de Zagreb », le maire Milan Bandić, ou encore le défi d’un match de boxe lancé à d’anciens ministres de la Culture : avec ses performances politiques et décalés, Siniša Labrović développe une réflexion drôle et cynique sur la société croate contemporaine. Entretien.

Propos recueillis par Jelena Prtorić Courrier des Balkans (CDB) : On parle de vous comme d’un artiste engagé, un artiste de performance politique. Souscrivez-vous à ces identifications ? Votre art est-il politique ? Sinisa Labrović (S. L.) : Pas tellement parce que tout art est, en quelque sorte, politique. C’est un peu banal de le dire comme ça, mais en même temps c’est vrai, surtout aujourd’hui. Il me semble qu’il est impossible d’échapper à la politique. Tout ce qui lui est lié a un impact sur notre vie. Ceux qui peuvent s’en détacher, je les envie ! Mais moi, je n’ai pas réussi. Je ne saurais pas dire d’où vient mon intérêt pour la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous