Réfugiés en Grèce : après l’incendie du camp de Moria, les inquiétudes persistent

| |

Dimanche 29 septembre, l’incendie qui s’est déclenché dans le camp surpeuplé de réfugiés de Moria, à Lesbos, a fait au moins une morte, une Afghane, qui venait de donner naissance à un bébé. À Lesbos comme à Athènes, les inquiétudes grandissent suite à cet événement, révélateur d’un malaise persistant.

Par Marina Rafenberg Trois jours après l’incendie du camp de réfugiés de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, les tensions sont encore palpables en Grèce. Dimanche, l’incendie qui s’est déclenché vers 17h a fait au moins une morte, une réfugiée afghane qui avait donné naissance à son enfant dans le camp plusieurs jours auparavant. Alors que dans un premier temps les médias grecs rapportaient que son bébé avait lui aussi péri, les autorités grecques n’ont jamais confirmé l’information. Dimanche, les émeutes entre réfugiés et forces de l’ordre ont également fait surgir un débat sur l’utilisation des gaz lacrymogènes par la police. Les ONG ont dénoncé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous