Revue de presse • Municipales en Bulgarie : anciens indics, votes achetés et manque de bons candidats

| |

Trente ans après la chute du Mur de Berlin, la presse bulgare déplore, une fois de plus, la présence d’anciens collaborateurs de la Sécurité d’État dans les rangs des candidats à ces élections municipales et rappelle les principaux maux de la Bulgarie démocratique : l’achat de vote et le manque chronique de bons cadres en province.

Par Alexandre Levy Les Bulgares sont appelés aux urnes dimanche 27 octobre pour élire les maires et conseillers municipaux des 265 communes du pays. Un deuxième tour est prévu le 3 novembre dans les localités où aucun des candidats n’aura obtenu la majorité absolue. La campagne électorale a débuté début septembre. Anciens agents communistes... Tous partis confondus, 137 candidats sont d’anciens collaborateurs de la Sécurité d’État (Darjavna Sigurnost, DS), les redoutables services secrets du régime communiste défunt, révèle la Commission pour les dossiers – appelée Comdos pour plus de commodité – seul organisme dans le pays habilité à se (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous