Albanie : deux ans de résistance au Théâtre national de Tirana

| |

Les lumières du Théâtre national de Tirana ne veulent pas s’éteindre. Depuis deux ans, artistes et citoyens se mobilisent pour défendre ce haut lieu culturel et patrimonial de la capitale albanaise, promis à la destruction par le gouvernement d’Edi Rama. Une lutte pour la culture, contre la corruption.

Par Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin Les autorités affirment que l’actuel théâtre serait insalubre et ne pourrait pas être rénové, ce que démentent les experts. Shkelqim Fusha devrait réaliser des tours et un centre commercial, et sa seule obligation serait de reconstruire un nouveau théâtre sur un espace beaucoup plus réduit. « C’est une spoliation pure et simple des biens et de l’espace publics », tonne Robert Budina. « On donne gratuitement un immense terrain au centre de la capitale à un investisseur privé ! » Depuis le 8 février 2018, le Théâtre est officiellement fermé et ses activités ont été provisoirement transférées à ArTurbina, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous