Manifestations étudiantes en Albanie : la révolte d’une génération

| |

C’est une génération entière qui se révolte pour un avenir meilleur et pour ne plus avoir à s’exiler. Le mouvement a commencé le 4 décembre et depuis, toutes les universités publiques du pays sont occupées. Entretien avec Gresa Hasa, une animatrice du mouvement étudiant qui ébranle le gouvernement d’Edi Rama.

Traduit par Mandi Gueguen (O.BC.) : Quel est votre plan alors ? (G.H) : Continuer à occuper les facs. Au début, il y a eu des hésitations, puis Edi Rama a changé de ton et a accepté d’écouter les demandes des étudiants, mais c’est de la propagande : tant qu’ils ne supprimeront pas la loi de 2015, tout cela ne tient pas. Nous pourrons retourner dans la rue, mais nous ne savons pas quand. Nos actions ne sont pas préméditées, il faut que les politiques s’y fassent. (O.B.C.) : Vous ne craignez pas que cette spontanéité vous dépasse ? (G.H) : Nous parlons de la plus grande mobilisation en 28 ans de « démocratie », le système est encore sous le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous