Réfugiés : l’Albanie abandonne le contrôle de ses frontières à Frontex

| |

La « route des Balkans » par laquelle les migrants et les réfugiés remontent vers l’Europe occidentale est théoriquement fermée mais ils sont toujours des milliers à traverser l’Albanie depuis la Grèce. Alors, pour assurer le contrôle de la frontière et stopper les flux, l’agence Frontex vient de déployer une cinquantaine de policiers. Une perte de souveraineté qui ne semble pas déranger Tirana.

Traduit par Chloé Billon L’Agence européennes de garde-frontières et de garde-côtes, Frontex, a commencé fin mai à patrouiller le long de la frontière gréco-albanaise. Une cinquantaine de policiers issus de divers États de l’Union européenne (UE) ont été déployés, pour lutte aux côtés de leurs collègues albanais contre « les migrations illégales ». Bruxelles a récemment conclu des accords similaires avec la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie mais l’Albanie est le premier pays où la mise en œuvre du programme a effectivement commencé. Les employés de Frontex ont non seulement le droit de porter des armes, mais ils sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous