Albanie : les accusations de manipulations électorales se multiplient contre le PS

|

Pour les opposants d’Edi Rama, la troisième victoire consécutive du PS aux législatives du 25 avril s’explique par une machinerie bien huilée, qui s’appuie sur une captation des ressources de l’État. Notamment parce que le parti contrôle toutes les administrations du pays depuis 2019. Mais pas que.

Par la rédaction Depuis les élections législatives du 25 avril, remportées par Parti socialiste d’Edi Rama pour la troisième fois consécutive, les soupçons de fraudes se multiplient. Il y a d’abord eu l’affaire du fichage de près d’un million d’électeurs par le PS à Tirana, puis la trouble affaire de la fusillade mortelle d’Elbasan, le 21 avril, a rebondi ces derniers jours avec la révélation du rapport de police, qui vient encore un peu plus jeter le trouble : les preuves d’achats auraient volontairement été ignorées. « Après le boycott des élections municipales de juin 2019 par le Parti démocratique (PD) et le Mouvement socialiste pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous