Albanie : « le vrai combat c’est se débarrasser d’Edi Rama, pas de Sali Berisha »

| |

Les États-Unis ont poussé l’opposition à se débarrasser de son ancien chef, visé par plusieurs affaires de corruption. Or, cette opération risque surtout de renforcer le système autoritaire et clientéliste du Premier ministre, Edi Rama, qui tient l’Albanie d’une main de fer. L’éditorial très critique de Fatos Lubonja.

Traduit et adapté par Katerina Sula (Article original) Après l’expulsion de Sali Berisha du Parti démocratique en septembre, Lulzim Basha prépare son nouveau film : « La Renaissance du Parti démocratique (PD) et de l’Albanie commence avec la mort de Berisha ». Mais le producteur reste le même : Kinostudio Shqipëria e Re Kapitaliste, le Cinécitta de la nouvelle Albanie capitaliste. Le chef de l’opposition cherche aujourd’hui à nous faire croire que le PD, débarrassé de son encombrant père fondateur, va renaître tel le phénix grâce au soutien des Américains et qu’il pourrait dès lors mener une lutte sans pitié contre la corruption du régime dominé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous