Albanie : la misère sociale des travailleurs indépendants

| |

L’esprit d’entreprise et le travail indépendant sont souvent présentés comme les recettes d’un bon développement économique. Mais dans une société désindustrialisée comme celle de l’Albanie, où le taux de chômage reste important, c’est aussi le signe de la paupérisation d’une grande partie des travailleurs. L’analyse d’Artan Sadiku.

Par Artan Sadiku L’auto-entreprenariat est un phénomène peu étudié dans les Balkans, le statut socioéconomique des travailleurs indépendants est donc généralement peu connu. Pour des pays comme l’Albanie, cette question représente pourtant un défi important, puisque d’après les données de la Banque mondiale en 2013, 60% des travailleurs du pays sont en fait des indépendants. Notons que ces derniers sont 22% en Macédoine, 28% en Serbie et 12% en Croatie. Au niveau mondial, l’auto-entreprenariat est généralement moins courant dans les États les plus développés, en raison de salaires plus élevés, d’un meilleur système de santé, de normes plus (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous