Albanie : comment reconstruire une opposition à Edi Rama ?

| |

Après avoir boycotté le Parlement, puis les municipales de 2019, l’opposition a perdu les législatives du 25 avril. Accuser Edi Rama de tous les maux ne suffit pas, il faut aussi que la droite albanaise s’interroge sur sa stratégie. L’analyse de Genc Pollo, une figure historique du Parti démocratique (PD).

Traduit par Laurent Geslin (article original) Quant aux internationaux, grands et petits, la crainte qu’une telle méthode devienne pour les partis d’opposition une pratique courante dans les Balkans, dans le Caucase et au-delà, était bien plus grande que les problèmes internes de l’Albanie. Cela fut suffisant pour que ces derniers deviennent agressifs avec l’opposition. Je dois assumer ma responsabilité personnelle pour cette mauvaise décision, et peut-être même m’excuser auprès de ceux qui m’ont élu député et membre du Conseil national du PD. Cette analyse autocritique aide à comprendre ce qui s’est passé et doit nous servir d’expérience. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous