Albanie : pourquoi les États-Unis bannissent-ils maintenant Sali Berisha ?

| |

Figure tutélaire de la droite albanaise, Sali Berisha vient d’être déclaré persona non grata aux États-Unis. Si le nom de l’ancien président est mêlé à certaines pages sombres de l’histoire des trente dernières années, cette décision surprend, alors qu’il ne joue plus de rôle politique de premier plan depuis près de dix ans.

L’ancien Président et Premier ministre d’Albanie Sali Berisha et ses proches ont été déclarés mercredi 19 mai personæ non gratæ aux États-Unis. C’est le Secrétaire d’État américain Antony Blinken qui a annoncé cette décision, invoquant l’implication de l’ancien homme fort de Tirana dans des affaires de corruption. Sali Berisha, 76 ans, cardiologue de formation, a longtemps dominé la scène politique albanaise. Fondateur du Parti démocratique (PD), il a été Président de la République de 1992 à 1997, avant d’être Premier ministre de 2005 à 2013. « En sa qualité officielle de Premier ministre de l’Albanie, Berisha a été impliqué dans des actes de corruption tels que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous