Conflit du nom avec la Macédoine : nouvelle démonstration de force des nationalistes à Athènes

| |

Des centaines de milliers de personnes — 140 000 selon la police, 1,5 million selon les organisateurs — ont défilé dimanche dans les rues de la capitale grecque contre tout compromis avec Skopje sur la question du nom. Comme le 21 janvier à Thessalonique, le camp nationaliste a mobilisé massivement, mettant à mal la politique d’ouverture d’Alexis Tsipras vis-à-vis de l’ancienne république yougoslave.

Par Marina Rafenberg « La Macédoine est uniquement grecque. » Le slogan retentit dans les mégaphones qui encadrent la place Syntagma, au centre d’Athènes, face au Parlement, tandis qu’un drapeau grec géant surplombe toute la place. Comme le 21 janvier à Thessalonique, des bus ont amené de tout le pays les manifestants à la capitale. Parmi la foule, des ecclésiastiques, des soldats, des députés du parti néo-nazi Aube dorée, mais aussi du parti conservateur Nouvelle démocratie, en tête dans les enquêtes d’opinion. La société grecque se déchire sur la question de la dénomination de l’ancienne république yougoslave de Macédoine. Au sein de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous